BON ENFANT

D’abord des amis, Daphné Brissette (Canailles) et Guillaume Chiasson (Ponctuation) briguent/manœuvrent depuis une couple d’années pour célébrer leurs intérêts communs - pour s'octroyer des terrains nouveaux, en marge de leurs pratiques précédentes. Scindés entre Montréal et Québec quand germe l’idée au ras 2013, ils se vouent à mettre en valeur la voix chaude, forte et éraflée de Brissette sur des sons qui, à force d’écritures et remaniements, se trouvent un chemin : se point Lire la suite

Des chansons co-écrites par Brissette et Chiasson, en français, mais en français poilu - comme Molière avec une barbe. Des chansons qui jasent de relations et de changements, de quotidien plate et moins plate, marquées par des intérêts croisés pour le médiéval fantastique et le vin. Des bonnes chansons. Ce premier album homonyme paraîtra à l’automne, pis ce sera un véritable buffet pour les sens dans vos oreilles. Ça va bien aller, et ils/elles vous souhaitent une excellente journée." target="_blank" rel="noopener">Bon Enfant.

Éventuellement réunis dans les mêmes aires montréalaises, ils s’y consacrent davantage et totalement en formant / devenant un groupe, intégrant d’abord Étienne Côté (Canailles) en 2017 puis Mélissa Fortin (Canailles) et Alex Burger l’année suivante. Pis c’est là, en quintette - avec la possibilité de jammer qui entraîne la transformation de premières versions, les regards extérieurs des nouveaux arrivés qui se jettent sur les arrangements et les précieux timbres d’époque qui se définissent - que ça commence à se passer. Après quelques concerts de rodage, une ferrade à travers des tas de maquettes et autant de bonnes journées passées ensemble, les cinq entrent au Breakglass en avril 2019 pour enregistrer ce qui deviendra leur premier album homonyme - homonyme, simplement parce qu’il a pu prendre forme grâce au band.

Réalisé et co-mixé (avec l’aide de Guillaume Chiasson) par Tonio Morin-Vargas (Bernard Adamus) avec une prise de son par Francis Bélanger Lacas (Timber Timbre, Corridor), Bon Enfant (le disque) est une suite de pièces dont la cohérence vient du travail. Un album comme un florilège de pop québ aux grooves bien-allants, précisé de flottements tie-dye, de disco anatolien, de rock saharien, de vibrantes portées nancysinatraesques et de timbres cordiaux et fébriles (les timbres - on y revient : le groupe insiste sur les timbres, les timbres ça se définit et c’est important). Des chansons co-écrites par Brissette et Chiasson, en français, mais en français poilu - comme Molière avec une barbe. Des chansons qui jasent de relations et de changements, de quotidien plate et moins plate, marquées par des intérêts croisés pour le médiéval fantastique et le vin. Des bonnes chansons.

Ce premier album homonyme paraîtra à l’automne, pis ce sera un véritable buffet pour les sens dans vos oreilles. Ça va bien aller, et ils/elles vous souhaitent une excellente journée.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article